Découvrez RISC OS

L'histoire de RISC OS

RISC OS a été commercialisé en 1987 par Acorn Computers, lors de l'arrivée des premiers ordinateurs pourvus de composants ARM (créés par Acorn). Ce système d'exploitation plonge ses racines dans un OS plus ancien, Acorn MOS, dévoilé fin 1981 et dédié aux machines 8 bits du constructeur anglais. Il en reprend certains concepts de base, dont le Basic, commun aux deux systèmes.

Entre juin 1987, date de sortie du premier Archimedes, et février 2016, date de sortie du Raspberry Pi 3, de nouveaux ordinateurs compatibles RISC OS sont sortis presque chaque année. Seules exceptions en 29 ans, les années 1988, 1993, 2006 et 2007, où RISC OS n'est apparu sur aucune nouvelle machine.

Au fil des générations, ce système d'exploitation a su évoluer pour s'adapter aux caractéristiques des nouveaux ordinateurs ARM. Aujourd'hui, RISC OS 5, développé par RISC OS Open Limited (ROOL), est la seule mouture du système encore activement supportée. Elle est compatible avec un nombre croissant d'ordinateurs et de cartes mères ARM.

RISC OS 3.11RISC OS 4.02RISC OS 5.20
RISC OS 3.11 sur un ArchimedesRISC OS 4.02 sur un Risc PCRISC OS 5.20 sur un Raspberry Pi

La compatibilité avec les applications anciennes varie. Certains programmes Basic conçus pour les machines 8 bits d'Acorn peuvent fonctionner sans modification. Ainsi, des logiciels écrits en 1981 peuvent encore fonctionner nativement sur des machines introduites en 2016 (soit 35 ans plus tard). Une longévité sans équivalent dans le monde des OS desktops.

Les logiciels écrits en C nécessitent en général une recompilation pour devenir compatibles avec RISC OS 5. Ceux en assembleur demandent des adaptations plus ou moins complexes. Un produit commercial, Aemulor, permet de faire fonctionner un grand nombre de logiciels anciens sous RISC OS 5. Gratuit, ADFFS fait de même pour les jeux. Divers émulateurs, avec la possibilité d'acquérir légalement des ROMs, permettent de simuler Archimedes et BBC Micro.

Notez qu'en 2015, il s'est vendu 14,8 milliards de composants ARM. S'il demeure dans l'ombre de Linux et d'Android, RISC OS reste un système d'exploitation desktop bien implanté dans le monde ARM, avec une communauté restreinte, mais particulièrement active. Il est également un des derniers systèmes d'exploitation d'origine européenne.

Ventes ARM
Ventes et cumul des ventes des puces ARM au cours des ans.

Quelques dates clés

RISC OS aujourd'hui

RISC OS démarre par défaut en mode graphique, le WIMP (Windows, Icônes, Menus, Pointeur). Tout se pilote à la souris, les menus étant contextuels et le glisser déposer se montrant massivement employé. Les trois boutons de la souris sont utilisés : gauche (Select : action principale), central (Menu : pour ouvrir les menus contextuels) et droit (Adjust : pour des actions alternatives).

Les applications desktop se présentent sous la forme de dossiers (que vous pouvez ouvrir via un shift+click) intégrant toutes les ressources nécessaires, modifiables à loisir. Ceci permet par exemple de traduire une application sans même disposer de son code source. Nombre de logiciels sont toujours écrits en Basic, ce qui met RISC OS à la portée de tous les amateurs désireux de créer leurs propres programmes.

RISC OS est conçu comme une boite à outils dédiée aux développeurs. Pratiquement tous les composants et fonctionnalités de base peuvent être modifiés, via l'ajout de modules, qui étendent le système, et de vecteurs, qui permettent de modifier le cœur du noyau. RISC OS se veut ainsi un outil précieux pour ceux qui font du développement embarqué et souhaitent rester au plus près du matériel (ce que Linux ne permet pas).

RISC OS 5.20RISC OS 5.20RISC OS 5.20
Copies d'écran de RISC OS 5.20 et de ses applications fournies par défaut.

Le noyau du système est monotâche, le multitâche coopératif étant apporté par le WIMP. Des fonctionnalités assez basiques donc, mais qui se traduisent par une grande légèreté. RISC OS 5 fonctionnera ainsi très confortablement sur des ordinateurs pourvus de seulement 32 Mo de RAM et d'un processeur à 200 MHz. Une force face à Linux, qui demande au moins 800 MHz de puissance et 512 Mo de RAM pour s'épanouir en mode desktop. Notez que la ligne de commande reste accessible à chaque instant via un appui sur F12 (ou control+F12 pour un terminal en mode fenêtré).

Contrairement à nombre d'offres, RISC OS impose peu de contraintes. Libre à vous donc d'implémenter du multitâche préemptif (cela a déjà été réalisé précédemment), ou de créer un système de fichiers capable de lire une archive (chose que font des outils comme ArcFS et SparkFS). Pour développer vos logiciels, diverses offres sont accessibles : le BBC Basic est présent directement dans l'OS et intègre un assembleur ARM. GCC est disponible sous RISC OS, ainsi qu'un environnement de développement C/C++ propriétaire, DDE.

La bibliothèque RISC OS 5

une abondante documentation en langue anglaise est consacrée à l'utilisation de RISC OS et au développement de logiciels adaptés à ce système d'exploitation. Voici une sélection de 31 titres gratuits et payants. Cliquez sur une couverture pour vous rendre sur le site de l'ouvrage correspondant. Les prix sont indicatifs et non contractuels.

Utilisation de RISC OS

Programmation

Magazines


Besoin d'aide ?

Nous vous apportons notre expertise de plus de vingt ans sur RISC OS. Contactez-nous à l'adresse temp1267@riscos.fr et nous vous aiderons - gratuitement - à répondre à toutes vos questions portant sur cette offre (installation, utilisation, demandes de traductions, recherche de logiciels, projets commerciaux, etc.). Ce service est proposé sans aucun engagement de votre part, ni demande de rétribution. Notez qu'il ne sera pas assuré entre le 14 juillet et le 15 août.

RISC OS FR